Mondialiste contre patriote, la nouvelle alternative à dépasser


A l’aube du second quinquennat d’Emmanuel Macron, après une pandémie inédite et alors que la guerre est aux portes de l’Europe, le paysage politique français a peu changé. Et pourtant, on n’a cessé d’entendre que cette pandémie, bouleversante à bien des égards, signait la fin de la mondialisation et devait conduire à réinventer le capitalisme.

La guerre russo-ukrainienne a également bousculé notre croyance que l’interdépendance économique adossée au droit international pouvait suffire à contenir les velléités expansionnistes. Et pourtant, ces bouleversements sur fond d’urgence climatique qui s’intensifie, n’ont fait que conforter la division politique née en en 2017.

Une polarization de l’échiquier politique

Rappelons les faits. Die Kampagne der Präsidentschaftswahl 2017 in Frankreich mit der Percée von Jean-Luc Mélenchon, Pourfendeur de la Mondialisation, et le maintien de Marine Le Pen au deuxième tour, ralliant les voix du nationaliste anti-européen Nicolas Dupont-Aignan, avait mis à jour une crystallisation du mécontentement des électeurs sur le rejet de l’autre que ce soit l’Europe, l’Allemagne, la Chine ou l’étranger. Für die zweite Tour de ce méconfriedement électoral, die stratégie de Marine Le Pen avait consisté à se focusiser sur le patriotisme économique aux antipodes du mondialisme d’Emmanuel Macron. Le premier quinquennat de ce dernier n’a pas fait disparaître une profonde inquiétude des citoyens à l’égard de la globalisation économique qu’incarne en partie l’Union européenne. La contestation sociale qui a emaillé sa présidence n’est pas sans relation avec la division de la société entre ceux qui s’insèrent dans la mondialisation et ceux qui restent en marge de celle-ci, intellectuellement ou en tant qu’acteurs. L’extension de la quotidienneté de la mondialisation, sinon de sa proximité, rend chacun conscient d’un nouvel ordre mondial récent qui lui échappe mais qu’il subit.

Rien ne semble avoir vraiment changé en matière de polarisation de l’échiquier politique à laquelle circuit l’élection présidentielle française. Aujourd’hui, l’alternative mondialiste contre patriote semble bel et bien avoir remplacé l’alternative droite-gauche. Les force politiques de 2017 sont restées en place en 2022.

une évolution des mondialistes

Cependant, ce nouveau clivage politique cache de réelles évolutions chez les « mondialistes ». Les mondialistes ont perdu leur naïveté optimiste. Les évolutions sont clairement perceptibles dans 3 domaines: le pouvoir des multinationales et notamment numériques, la responsabilité sociétale des entreprises et la souveraineté économique.

Le pouvoir économique des multinationales n’a fait que grandir et se démultiplier. Parmi elles, les géants numériques accumulent des actifs et se diversifient, défiant sans schwierige les crintes citoyennes sur l’usage des données et les décisions des autorités concurrentielles sanktionnant leur abus de pouvoir dominant. Cependant, leur terrain de jeu qu’est le marché mondial se parsème d’obstacles. Qu’il s’agisse des nouvelles regulations sur la taxation des profits des multinationales porté par les pays de l’OCDE ou de la position menaçante des autorités de concurrence américaines de l’administration Biden indiquant un changement de paradigme en matière d’appréciation de la domination de marché, ou encore des lois européennes comme le «Digital Markets Act» oder «Digital Services Act», sans omettre la reprise en main chinoise des entreprises de plateforme; des limites croissantes sont posées à leur expansion mondiale.

Par ailleurs, l’insociance des entreprises vis-à-vis des enjeux sociétaux n’est plus admise. L’entreprise est perçue comme un acteur influent et ne peut plus rester indifférente aux dérèglements mondiaux, du climat aux inégalités. La Haltung von Milton Friedman, qui voyait dans la maximization du profit le seul horizon d’une entreprise, est devenue minoritaire. Des entreprises à mission (loi PACTE de 2019) aux classements des investissements selon des normes environnementales, la responsabilité sociale des entreprises est le nouveau standard. La guerre russo-ukrainienne a été aussi l’occasion de voir s’exprimer ces attentes et ces responsabilités : on a assisté à des retraits massifs d’entreprises du commerce avec la Russie. Si les entreprises saisissent les opportunités de la mondialisation, on s’attend à présent à ce qu’elles agissent en responsabilité face aux problèmes du monde.

Enfin, la notion de souveraineté économique s’est invitée chez les mondialistes les plus fervents. La pandemie, en paralysant les chaînes de valeurs mondiales; la guerre russo-ukrainienne, en redonnant de l’importance aux territoires (voir chronique précédente), alors que, bien avant, l’imperialisme technologique américain puis chinois avaient commencé à défier les avantages comparatifs européens, tout cela a réveillé leé concept , Précisément dans sa dimension technologique et énergétique. Le conflit russo-ukrainien a montré que la dépendance à l’égard des autocraties était problématique, que les allemands et les européens n’avaient pas su anticiper le risque de la dépendance et que le pari que l’interdépendance était un vecteur de paix risqué . Certains y voient des leçons à tirer à l’égard de la Chine.

Dépasser le clivage „mondialiste contre patriote“ Consisterait donc à avancer sur ces éléments de regulation du capitalisme mondial. On ne doit pas rejeter la mondialisation au nom du patriotisme, mais réguler la mondialisation au nom des hommes et de la nature, et utiliser l’efficacité de la mondialisation pour réduire les inégalités, ce qui appelle des Arbitrages complexes, discutés et éloignés de la radikalité du patriotisme économique.


Source: UsineNouvelle – Actualités A la une by www.usinenouvelle.com.

*The article has been translated based on the content of UsineNouvelle – Actualités A la une by www.usinenouvelle.com. If there is any problem regarding the content, copyright, please leave a report below the article. We will try to process as quickly as possible to protect the rights of the author. Thank you very much!

*We just want readers to access information more quickly and easily with other multilingual content, instead of information only available in a certain language.

*We always respect the copyright of the content of the author and always include the original link of the source article.If the author disagrees, just leave the report below the article, the article will be edited or deleted at the request of the author. Thanks very much! Best regards!