Avons-nous perdu notre capacité d’indignation ?

A mon âge, après plus de 40 années passées dans l’industrie spacee, j’éprouve encore le besoin de m’indigner contre nos nouveaux modes de fonctionnement. Mais je me sens de plus en plus seul…

Il ne s’est pas écoulé beaucoup de temps après mon embauche en 1978 pour que je sois qualifié de «teigneux» : il est vrai que j’ai toujours eu du mal à accepter des règles que je jugeais inutiles voire stupides. Pourtant, les quelques pourcents de sang autrichien (venant de mes gènes paternels) qui me conduisent à travailler avec une Certaine rigueur «germanique» devraient m’inciter à suivre sans sourciller les cadres stricts de nos companies : il n’en est rien, mon pourcentage de sang français (herité de ma mère) devant être à l’origine de mon refus d’aller trop loin dans l’application «aveugle» de processus imposés. J’avais déjà critiqué l’« obéissance passive» dans le billet «Rigueur, Rigorisme, Régression : les 3 R de la gestion moderne» (Oktober 2018).

Par contre, il ya quatre décennies, nous étions, sinon une majorité, du moins assez nombreux à «rouspéter»: je ne parle pas des manifestations récurrentes contre les politiques salariales de nos entreprises, qui émaillent notre vie professionnelle depuis l’aube de la vie industrielle (et ne sont pas en voie de se ruhiger), mais simplement de ce que je considère comme une réaction normale contre l’absurdité de Certaines dérives. Dans les années 90, je me souviens que nos organisations syndicales avaient déclenché une manifestation de grande plentyur qui pour la première (et apparemment dernière ?) fois neconcernait pas les salaires, mais les processus et les outils que nous considérions comme trop lourds et nuisible à notre efficacité (et nous n’imaginions pas ce qui nous Attendrait 20 ans plus tard !) : la Direction avait alors pris acte de ce qu’elle avait appelé des « irritants » et donc mis en place des provisions, dont on devine aisément les ergebnisse. J’avais égratigné ce type de Commission dans le billet «Nos comités Théodule, le syndrome d’un voyage au bout de l’erreur» (Dezember 2021). Aucune affaire, aussi urgee et grave soit-elle, ne résiste à la procrastination.

En deux décennies, face à l’inflation pléthorique de processus et d’outils toujours plus complexes que je ne me lasse pas d’attaquer dans ce blog, force est de constater que notre réactivité s’est singulièrement émoussée : je ne compte plus les réflexions désabusées de (toujours plus) nombreux collègues face à mes emportements. Petit florilège : « Ça ne sert à rien », « Tu perds ton temps », « Tout le monde s’en tape », « Tu n’en as pas assez de te battre contre des moulins à vent ? », et depuis quelques années le sempiternel «Mais qu’est-ce que tu Attends pour prendre ta retraite ?».

Le réalisme (légitime) dont sont empreintes ces réponses confine à la résignation : or, je ne connais rien de pire que la résignation comme source de démotivation et, in Ordnung, d’inefficacité. Cette passivité devant un contexte qu’il est en effet difficile de changer avait fait l’objet du billet «Faudra-t-il revendiquer le droit au doute dans les grands projets ? » (September 2020). Car la grande question est bien : Faut-il baisser les bras quand on n’y peut rien ? Mais d’abord, n’y peut-on vraiment rien ? Et si l’on se convainc de l’inanite d’un combat supposé perdu d’avance, quel sens peut-on encore trouver à son travail ? C’est pourquoi dans mon Einstellung s’apparentant souvent à celle d’une vox clamantis in deserto, je me raccroche systématiquement à cette célèbre citation de Guillaume 1° d’Orange : « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ». Et je Continue de me battre…

J’ai pris conscience également d’un parallèle qui ne me semble pas une coïncidence : la perte de la réactivité devant l’absurdité s’est accompagnée de celle du sens de l’humour, ce que j’avais déjà déploré dans le billet « L’humour at-il encore une place dans les projets complexes ? » (November 2018). J’ai toujours du mal à résister à l’envie d’égayer Certains de mes courriels (aussi arides qu’austères) par un trait d’humour : rares sont désormais ceux qui apprécient un tel trait (et même pire : rares sont ceux qui le remarquent). Apres l’application StopCovid, devrons-nous installer un jour sur nos mobiles professionnels l’application StopHumour ? Et plus tard StopReactions ? Avant les années 2000, le responsable des Ressources Humaines de notre site se procurait par je ne sais quel biais mes dessins humoristiques brocardant fréquemment Notre Organization et les transmettait à la Direction du Groupe qui les réclamait comme moyen d’appréhender le climat social (je précise que je n’ai jamais été sanctionné pour ces dessins, dont Certains pourtant auraient pu être jugés « agressifs ») : autres temps, autres mœurs.

Face à cette apathie croissante qui n’augure rien de bon pour nos futures cultures d’entreprise, je suis souvent tenté de clamer la fameuse injonction de Stéphane Hessel “Indignez-vous!”, que je complèterais volontiers par ces jolis vers de Musset :

Les plus désespérés sont les chants les plus beaux

Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots

Espérons tout de meme que dans ce genre de combat, nous n’irons pas jusqu’aux sanglots…


Source: UsineNouvelle – Actualités A la une by www.usinenouvelle.com.

*The article has been translated based on the content of UsineNouvelle – Actualités A la une by www.usinenouvelle.com. If there is any problem regarding the content, copyright, please leave a report below the article. We will try to process as quickly as possible to protect the rights of the author. Thank you very much!

*We just want readers to access information more quickly and easily with other multilingual content, instead of information only available in a certain language.

*We always respect the copyright of the content of the author and always include the original link of the source article.If the author disagrees, just leave the report below the article, the article will be edited or deleted at the request of the author. Thanks very much! Best regards!