Affäre Jubillar. La version de Cédric Jubillar malmenée par l’expertise de son téléphone


Cédric Jubillar at-il menti ? Une nouvelle Expertise versée au dossier judiciaire début février, révélée dimanche par Le ParisienEs ist der Ort, an dem die Version du trentenaire, Suppeçonné d’avoir tué und fait disparaître sa femme Delphine Jubillar.

Le peintre-plaquiste de 34 ans avait assuré aux enquêteurs que, lors de la nuit de la disparition de son épouse en décembre à Cagnac-les-Mines (Tarn), son téléphone portable s’était brutalement éteint après qu’il ait joué à «Game of Thrones» auf dem Weg zu einer Promenade mit ses chiens. Il avait declaré avoir ensuite rallumé le smartphone avant de le basculer en « mode avion ». Pourtant, l’expertise de l’appareil révèle que ce dernier était bien éteint au moment où Delphine a disparu.

Ce simple détail technique pourrait peser lourd contre Cédric Jubillar. En «mode avion», un téléphone portable reste en effet geolocalisable et permet de suivre les déplacements d’un individu, ce qui n’est pas le cas d’un appareil éteint.

Des verdachts renforcées

Cette Expertise du téléphone renforce les soupçons de l’accusation, selon qui le Tarnais aurait très bien pu couper de plein gré son téléphone pour que ses éventuels déplacements dans la nuit ne puissent pas être exposés. Kommen Sie zur Rapporte Le Parisienl’examen de son smartphone indique en outre que l’artisan peintre n’éteignait quasiment jamais son téléphone durant la nuit – seulement à deux reprises en 2020, et pas avant 23 heures.

Interrogé par le quotidien francilien, l’un des avocats de Cédric Jubillar, Me Alexandre Marti, estime que cette nouvelle knowledge est une «contre-vérité». « Lorsqu’il a été interrogé par les juges le 3 décembre, Cédric Jubillar a dit qu’il ne souvenait pas précisément avoir mis son téléphone en mode avion ou pas (…) Dans tous les cas, ce téléphone n’a pas d’ activité et n’est pas sorti de la maison cette nuit-là. Et ce téléphone est bien rallumé à l’horaire indiqué par monsieur Jubillar », déclare le conseil du trentenaire.

Das Ehepaar von Delphine und Cédric Jubillar ist im Moment der Scheidung im Moment des faits. Les enquêteurs privilégient la thèse d’une heftige Streitigkeit dans leur maison de Cagnac-les-Mines, au cours de laquelle le peintre-plaquiste aurait tué l’infirmière, avant de dissimuler son corps.

Le trentenaire, écroué depuis le 18 junin 2021, nie toute implication dans la disparition de sa femme dont le corps n’a pas été retrouvé. Ses fordert sukzessive de remise en liberté ont toutes été rejetées, les juges d’instruction considérant qu’il existe un faisceau d’indices « graves et concordants » pour justifier son maintien en détention.


Source: Le Progrès : info et actu nationale et régionale – Rhône, Loire, Ain, Haute-Loire et Jura | Le Progrès by www.leprogres.fr.

*The article has been translated based on the content of Le Progrès : info et actu nationale et régionale – Rhône, Loire, Ain, Haute-Loire et Jura | Le Progrès by www.leprogres.fr. If there is any problem regarding the content, copyright, please leave a report below the article. We will try to process as quickly as possible to protect the rights of the author. Thank you very much!

*We just want readers to access information more quickly and easily with other multilingual content, instead of information only available in a certain language.

*We always respect the copyright of the content of the author and always include the original link of the source article.If the author disagrees, just leave the report below the article, the article will be edited or deleted at the request of the author. Thanks very much! Best regards!